Cette question souvent posée aux amis ou à des membres de notre famille est en général associée à l’idée des vacances.

Pourquoi avons-nous besoin de vacances ? Pourquoi avons-nous ou sentons-nous le besoin de changer quelque chose dans notre manière de vivre, dans notre rythme de vie ?

Probablement il nous arrive de répondre : « Parce que nous menons une vie de dingue », avec un rythme qui nous est imposé et que nous n’avons pas le sentiment de choisir, mais que, pour beaucoup, nous subissons. Oui, c’est assez évident et aujourd’hui dans le monde occidental où les congés payés sont devenus un droit, nous avons besoin de décompresser.

Mais je crois que cela recouvre également un besoin plus profond, un besoin de sortir de la routine qui s’insinue dans nos vies et délimite notre façon de vivre avec les multiples contraintes qui pèsent sur nous mais aussi les ornières de notre organisation quotidienne que nous ne questionnons pas toujours, parce que ce sont des ornières justement et qu’il y a une certaine facilité à se glisser dedans.

Un de mes amis, psychothérapeute, fait souvent l’éloge de toutes les petites décisions ou actions qui nous font sortir de nos routines pour nous engager dans un nouveau chemin, inconnu, inédit et dont nous ne pouvons pas mesurer les conséquences avant de l’avoir expérimenté.

Et si notre capacité d’adaptation aux « surprises » ou aux épreuves de la vie se mesurait à notre habileté et disponibilité à sortir de nos routines pour expérimenter de nouvelles voies ? Et si notre créativité dans la vie se nourrissait de notre capacité à faire des choix nouveaux au lieu de répéter le connu ? Henri Laborit dans « l’Homme Imaginant » nous disait que nous étions la seule espèce à avoir la capacité d’imaginer une solution nouvelle à chaque situation nouvelle. Chaque instant présent est un nouvel instant, frais, et à découvrir et notre cerveau a le potentiel de l’aborder comme une totale nouveauté. Mais avec l’empilement des mémoires du passé, nous avons plus tendance à l’aborder en le comparant à ce que nous avons déjà vécu qui lui ressemble et hop ! la routine s’enclenche.

Ca n’a pas que du mauvais, car la routine sécurise, nous fait gagner du temps souvent ; on n’a pas à réinventer le monde ou notre vie à chaque nouvelle respiration. Mais si de temps en temps, nous pouvions prendre un peu de recul et ne pas prendre pour acquis tout ce qui compose notre vie quotidienne et amorcer des petits écarts ou des petits changements pour nous sortir de notre zone de confort et nous réinventer en quelque sorte, notre vie gagnerait en substance et en intensité.

Alors pour revenir à ma question du début « vous faites quoi cet été ? », je me dis que le temps des vacances (auquel on associe partiellement l’été, en tous cas dans la question posée) est une opportunité pour sortir de la routine, pour impulser quelque chose de nouveau, voire d’inattendu dans la vie qu’on déroule tout au long de l’année. Vous me direz que pour certains, les vacances sont l’occasion d’autres routines, comme aller dans sa maison de campagne, ou chez les beaux-parents ou retourner à la plage où on va depuis 15 ans ! C’est vrai et c’est peut-être l’occasion de s’interroger sur le bénéfice qu’on en tire.

Même si c’est important de retrouver des points fixes comme ceux-là durant l’été pour certains, il serait utile de se réserver un autre moment dans l’année où on va délibérément sortir des sentiers battus pour explorer le monde ou s’explorer soi-même en relation avec quelque chose d’inédit.

Ce « oui » à l’aventure, au nouveau, à l’inconnu est présent dans ma vie depuis assez longtemps et j’ai toujours aimé aller explorer à la marge, découvrir ce qu’il y a au-delà de la zone frontière d’un territoire qu’il soit géographique, culturel, intellectuel. C’est ce qui a guidé mes recherches toute ma vie dans le domaine de la psychologie, de la psychothérapie et de la spiritualité. Et quelles découvertes ! Quel enrichissement ! Je suis remplie d’émerveillement et de gratitude pour le chemin que j’ai pu ainsi accomplir grâce à cette curiosité qui m’a guidée vers de nouveaux territoires à découvrir.

Et c’est aussi ce qui me guide et nous guide pour vous inviter à partager des chemins parfois inédits, depuis plus de 25 ans.

Notre société dite-civilisée pense avoir beaucoup apporté aux pays moins développés sur le plan économique. Et depuis moins de 50 ans, on observe un juste retour des choses. J’aime aller découvrir ce que des civilisations encore ancrées dans leurs traditions peuvent nous apporter dans notre quête psychologique et spirituelle. C’est le sens des séminaires-voyages que nous avons inaugurés en 1993 et développés dans différents pays riches en traditions spirituelles ou chamaniques.

Cet été, c’est au Mexique que nous vous convions, l’occasion idéale pour sortir de la routine et s’offrir complètement à une immersion dans une autre culture, dans des rituels, des couleurs, des musiques, des goûts, très différents…

Mais cette quête de l’inexploré en moi et en vous nous a aussi conduits à vous proposer des approches thérapeutiques innovantes (ou anciennes mais revisitées) comme ce séminaire d’été d’une semaine intitulé « Voyage au Cœur de Soi, Rites de Passage » parce que c’est bien de cela qu’il s’agit. Plonger en soi, se rencontrer dans ce qu’on ne connaît pas de soi et vivre un passage pour changer quelque chose dans sa vie et se rapprocher de l’essentiel, c’est-à-dire de soi-même.

Alors vous faites quoi cet été ?

Si vous le voulez, on peut se rencontrer et partager un petit bout de chemin…

 

Bernadette Blin