Mon Dieu que la nature est belle ! Contempler le miracle de son réveil, se laisser toucher par tous ces arbres en fleurs pleins de couleurs et de parfums… C’est un cadeau qui nous est redonné chaque année pour nous apprendre à nous émerveiller. C’est en tous cas l’histoire que j’aime me raconter.

Pratiquer l’émerveillement, la gratitude et le remerciement, c’est quand même plus facile quand on est face à cet incroyable spectacle que nous offre le renouveau de la nature ! Et c’est bien de pouvoir s’entrainer, pratiquer. Pourquoi ?

Tout d’abord parce que cela nous ouvre sur des états intérieurs tellement plus proches de notre nature sacrée. Ca nous ouvre le cœur ; et quoi de plus doux que de vivre avec le cœur ouvert ? Et puis quand nous aurons à traverser des circonstances de vie plus difficiles, notre entrainement nous permettra alors d’avoir un état intérieur moins réactif et plus accueillant ; peut-être même arriverons-nous à trouver le cadeau caché dans chaque nuage ou coup de tempête… Tout comme la méditation, c’est une question de pratique.

Nous créons notre monde par notre façon de le regarder. Comment nous regardons ce qui arrive va, d’une certaine manière, créer notre réalité, donc notre vie. Ce n’est pas une mince affaire. Nous vivons bien trop souvent de manière automatique et avons facilement tendance à subir les événements, ce qui est une autre façon de dire que nous nous vivons souvent comme des victimes des circonstances, des autres, de notre passé, de la vie, etc.

Mais la bonne nouvelle, c’est que tout cela n’est qu’une façon de voir et n’est pas véritablement réel. Ce qui est réel, c’est ce que ça crée en nous et nous le prenons pour vrai. Nous pouvons reprendre le pouvoir d’être auteur/acteur de nos vies. Et même si nous ne décidons pas de tel ou tel événement, nous avons toujours le choix ou la responsabilité de comment nous y réagissons. Nos émotions et nos pensées souvent nous envahissent et nous ne pouvons leur résister. Mais le « travail » va consister à devenir de plus en plus conscients et d’apprendre à accueillir ce qui nous dérange, ce qui parfois même nous broie le cœur. Juste accueillir, faire de la place et vivre ce qui est là, pleinement, en toute conscience et en consentant à ce que ce soit là. Ce n’est pas toujours facile de faire confiance à l’intelligence de la vie, nous pensons, nous élaborons, nous voudrions continuer à manager, à contrôler nos vies pour rester dans notre zone de confort et ne vivre que des expériences plaisantes. Et pourtant ! Tant de témoignages nous montrent que les ruptures, les échecs, les deuils peuvent être des opportunités de croissance et de transformation.

C’est extraordinaire de voir que c’est essentiellement notre réactivité, notre résistance, qui engendre le plus de mal-être et de souffrance dans nos vies. Mais consentir, accueillir, demande de l’entrainement et heureusement, de nos jours, les options pour cela sont multiples.

A chacun de nous de trouver les endroits, les approches, les personnes qui peuvent nous aider sur cette voie.

Et la route est belle quand on a le regard dirigé sur l’Essentiel !

Bernadette Blin