Le temps des transitions

C’est le mot « transition » qui m’habite au moment d’écrire cet édito. La vie est faite de transitions, tout bouge tout le temps et nous demande de nous adapter, de changer, d’accueillir le nouveau quelqu’il soit, parfois enthousiasmant, parfois décourageant…

En tant qu’êtres humains, nous sommes équipés pour faire face à ces adaptions incessantes… quand nous sommes suffisamment matures et souples. Mais parfois la vie cogne fort et là, c’est plus difficile, ou le saut dans l’inconnu nous perturbe et aller vers une nouvelle étape sans en connaître les conséquences peut nous effrayer, nous déstabiliser. D’autres fois encore, nous savons que nous devons remettre en question des choix importants mais nous n’avons pas de vision claire de ce vers quoi aller, ou comment redessiner notre vie.

Pour ces défis qui nous  touchent tous un jour ou l’autre, il peut être utile de prendre un temps pour se faire aider, se faire accompagner par un thérapeute, un coach, qui vont nous aider à mettre au clair nos projets, mais aussi nos résistances et nos peurs face aux changements que la vie nous propose ou nous impose.

Dans ces moments, il est vital aussi de nous mettre à l’écoute de l’appel de notre âme. Comment nous orientons-nous dans notre vie ? Qu’est-ce qui nous guide ? Quelles sont nos valeurs et comment déterminent-elles nos choix dans les différents domaines de notre vie ?

En cette époque troublée de remise en question globale, nous devons nous poser ces questions et devenir véritablement auteurs de notre vie, savoir qui nous sommes et devenir des êtres conscients, conscients de leur valeur, conscients de leur lumière et conscients de leur ombre. Mettre l’ombre en lumière pour ne plus être gouvernés inconsciemment par ces forces obscures à qui on laisse les pleins pouvoirs si on ne les regarde pas en face.

C’est dans ce but que nous avons conçu il y a une vingtaine d’années le séminaire d’été « Voyage au cœur de soi, Rites de Passage ».

Mais aujourd’hui, nous entendons tous les jours, évoquer avec de plus en plus de force que les espèces sont menacées, y compris l’espère humaine bien sûr, par tout un enchainement de causes que personne ne peut plus ignorer. L’heure est grave, vraiment et on a tant de mal à se réveiller !

C’est la même chose qu’au plan individuel. La plupart du temps, ce qui va nous faire bouger, nous mettre en route, nous amener en thérapie, par exemple, c’est un malaise, une souffrance trop grande qu’on ne sait pas gérer seul. Et c’est bien ainsi. Mais au niveau collectif, que va t’on attendre avant d’effectuer le virage à 180° qu’il nous faudrait prendre pour peut-être nous sauver d’une issue catastrophique ? Le déni est un mécanisme de défense bien connu au niveau individuel et il fonctionne à plein au niveau collectif également. Mais les citoyens commencent quand même à prendre la mesure de la situation. En ce qui concerne les dirigeants politiques, c’est nettement plus compliqué ! Certains commencent à avoir des paroles beaucoup plus sages mais malheureusement les actes ne suivent pas et très souvent contredisent ces belles paroles.

Nous devons nous bouger puisque nous sommes la seule force qui fera bouger les politiques, soumis qu’ils sont à la pression des électeurs que nous sommes.

Et dans cette mutation nécessaire, le transpersonnel a son rôle à jouer. De plus en plus de chercheurs, de scientifiques, de philosophes reconnaissent que la survie de l’humanité ne sera possible que si nous nous reconnectons à notre dimension spirituelle, qui seule, peut nous permettre de comprendre que nous sommes tous reliés et donc embarqués dans le même bateau. Nous devons construire ou reconstruire un monde basé sur  la coopération et la fraternité et non pas sur la compétition et l’exclusion de certains par d’autres. Nous sommes « frères » pour le meilleur et pour le pire, mais si nous sommes ennemis, alors ce sera le pire, à coup sûr !

C’est aussi une mutation de civilisation que nous vivons. Quelle étrangeté de vivre un pareil moment, à l’échelle possible d’une vie – la nôtre –  et de pouvoir peut-être encore décider de ce qu’en sera l’issue, si nous prenons rapidement et clairement la mesure de l’enjeu des ces prochaines années !

Il y a 50 ans, un petit groupe de chercheurs et de psys ont créé une nouvelle discipline en psychologie, que Maslow a désigné comme la « quatrième force » : la psychologie transpersonnelle. En accord avec la physique quantique, elle nous a montré qu’il était urgent de changer nos conceptions de ce qu’est la réalité, des liens entre l’esprit et la matière en nous ouvrant sur un nouveau paradigme, considérant le vieux modèle newtonien-cartésien comme obsolète et plus opérant face aux problématiques que nous avons à résoudre aujourd’hui.

Nous avons tous des talents différents, des centres d’intérêt différents, mais nous partageons le même monde et la même époque et à chacun de nous de trouver ce que nous pouvons faire pour contribuer au changement nécessaire. Mais il y a une extrême urgence !

Au niveau individuel, nous avons chacun à faire notre travail intérieur de reconnexion et clarification pour devenir des êtres conscients et responsables et au niveau collectif, nous devons nous rejoindre, nous regrouper pour impulser des changements à l’échelle locale, natioanle ou internationale. Le transpersonnel, qui nous rappelle que nous ne sommes pas que notre ego nous offre une vision, des clés, des pratiques et des inspirations pour changer notre relation au vivant.

Bernadette Blin